top of page

La nostra storia

Qu’est ce 12mJI ?

Un 12 mJI n’est pas un bateau de 12 mètres… le chiffre 12 est le résultat d’une équation qui n’a que très peu changé au travers des années depuis le début du siècle dernier :  ( L + 2d – F + V(S) )/2.37 = 12 ou L est la longueur de flottaison ; d la courbure de la coque au point de quille ; F la hauteur sous barreau, S la surface de voile….

La magie de cette équation, régule la jauge de ces bateaux depuis près de cent ans, est qu’elle les rend très comparable en termes de performance, même si les derniers bateaux construits ont reçu les meilleurs matériaux et technologies ... Mais par-delà les données techniques et les calculs, c’est la pureté de lignes et l’élégance qu’on ne se lasse d’admirer !

French Kiss : L’élégance de la Voile Made in France – Demi-finaliste America Cup 1987

Il y a un peu plus de trente ans, la France entière rêvait de Coupe de l’America, derrière Marc Pajot et French Kiss son voilier de conception alors révolutionnaire, véritable emblème du savoir-faire français.

Jamais, avant ou après 1987, une équipe française ne s’est hissée aussi haut dans le palmarès de cette compétition emblématique de la voile mondiale et jamais plus, d’ailleurs, un « syndicat » n’a autant fait rêver l’Hexagone 

 

French Kiss reste un symbole d’excellence connu et reconnu, aussi bien en France, qu'à travers le monde.

Dessiné par Philippe Briand, French Kiss a été construit à quelques kilomètres de la Roche-sur-Yon, en Vendée, au milieu des vaches dans un hangar tenu secret, par le chantier Alubat.

L'exception Française

Tous les autres syndicats concurrents ont leur voilier avec une coque en polyester, French Kiss sera construit en Aluminium.

 

Autre particularité, tous les concurrents font appel à la voilerie Américaine North Sails.  Les Français décident de dessiner et fabriquer leurs voiles en France et en Kevlar 49.

Luc Gellusseau sera le directeur du programme.

Lors des Championnats du monde de fin 1986, précédant la Coupe de l'America à Fremantle sur la côte ouest d'Australie, le skipper Américain de Stars and Stripes (US 55) Dennis Conner aurait affirmé, lors d’une conférence de presse, en parlant du 12m français : « les Français ont de loin le meilleur bateau, mais ils ne le savent pas » !

French Kiss aujourd'hui

 

French Kiss est resté plus de 10 ans hors de l'eau.

Loin de son élément et des podiums

Une poignée de passionnés se regroupent et mettent la main à la poche pour refaire renaviguer ce voilier de Légende.

Une école de voile French Kiss Sailing School est créée afin de faire découvrir au plus grand nombre ce fantastique voilier.

South Australia : : le Defender Australien America Cup 1987​​

 

Le descendant du bateau Australia II , conçu par Ben Lexen , le concepteur magique des vainqueurs des vainqueurs de la coupe America 1983

 1985: Construit selon la troisième règle de la Coupe internationale - America’s Cup. Conçu par Ben Lexcen, en Australie du Sud (KA-8), il a été l'un des six défenseurs de la Coupe d'Amérique en Australie pour le match de Perth 1987. Le « Southern Australian Challenge » pour la défense de la Coupe d'Amérique de 1987 a été lancé par Roger Llloyd et financé par 150 sponsors et une subvention de 1 million de dollars du gouvernement du Sud australien.

 

Bien que Lexcen fut sous l'emploi exclusif d’ d'Alan Bond pour qui il avait conçu: Australie II (KA-5), Australie III (KA-6) et plus tard Australie IV (KA-9), un accord apparemment improbable a été conclu…

 

Bond a suggéré que Lexcen conçoive le bateau South Australia (KA-8) en échange d’une bourse de 600 000 $, et de permettre aux équipages de s'entraîner ensemble. Ce n'était pas une offre tout à fait altruiste ou patriotique de la part de Bond, car il a donné un avantage tactique unique à son syndicat. Grâce aux travaux sur KA-8, Lexcen donnait l’opportunité a a Bond de continuer le développement de l'Australie III (KA-9) sans frais. Une fois terminé, KA-8 a été contractuellement obligé de tester et de s'entraîner exclusivement avec le syndicat australien pendant un certain temps - privant délibérément le syndicat de Kookaburra de tout concours de test.

 

Ben Lexcen a reconnu que KA-8 était une copie virtuelle de l'Australie III (KA-9), à la fois au-dessus et en dessous de la ligne d'eau. Le directeur de l’equipe South Autralia( KA-8), Sir James Hardy, a déclaré que KA-8 était un «bateau potentiellement génial… Je pense qu’il peut être vainqueur ».

 

À l'époque, on pensait que KA-8 était très rapide dans l'air léger, mais ses résultats étaient une 8e place décevante aux championnats du Monde 12MR. Malgré des modifications tardives, notamment un échange de quilles pour améliorer ses performances dans les vents forts, il été éliminée des essais, en partie a cause des conditions météo défavorables : Des vagues fortes et vents de 28 nœuds ont eu raison des performances du bateau probablement vainqueur potentiel dans le petit temps

Pendant longtemps resté a quai, South Australia a aujourd’hui, repris des couleurs avec la contribution de Chistophe Babule et Gil Steyaert , ses deux co-propriétaires. Il a conservé sa quille spéciale aux longues ailettes et est prêt pour de prendre sa revanche et exploiter son potentiel avec des nouveaux jeux de voile et une nouvelle électronique.

 

 

 

 


 

 

Contactez-nous et Joignez-vous à nous pour découvrir ces magnifiques des bateaux. !

LIGNE DE VETEMENT.jpg

Intestazione 1

  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
bottom of page